04 78 19 16 16
Sélectionner une page

Étiquetage des produits alimentaires : informations obligatoires sur le produit

août 18, 2020

Comme pour toute démarche, l’étiquetage de produits alimentaires doit respecter des normes internationales pour toutes denrées alimentaires. Pour assurer la sécurité du consommateur avant tout, puis pour l’informer sur le produit mis en vente.

Pour limiter tout problème d’intoxication, norme d’hygiène ou autres soucis liés à la formation du produit et son contenant, des informations obligatoires sont indispensables à faire apparaître sur votre étiquette. Voyons ensemble les points respecter.

10 points à respecter pour l’étiquetage des produits alimentaires

1. La nature du produit et son état physique

Même si cela peut paraître logique, vous devez mentionner la dénomination de votre produit, l’intitulé exact du type de produit et son état physique. Par exemple, il peut s’agir de la dénomination « confiture de mûres ».

2. L’idendité de votre produit

L’identité du produit correspond à son origine de fabrication. L’identité apporte une information supplémentaire importante sur la composition du produit. Elle peut parfois être indispensable selon les envies ou les restrictions du consommateur. Ici, on retrouve les dénominations « demi écrémé » pour du lait,  ou encore « sans sucre ajouté » pour du jus de fruits.

3. La valeur énergétique moyenne

La valeur énergétique moyenne doit toujours être exprimée en kilo/calories (Kcal). Les apports nutritionnels (protéines, glucides, lipides, calcium, fibres) sont eux indiqués en gramme (g), voire milligramme (mg) selon la quantité.

4. La composition du produit alimentaire

Qu’il s’agisse de plats préparés ou de légumes, vous devez mentionner la liste des ingrédients et leur quantité. Facile lorsqu’on vend des tomates, mais plus compliqué lorsqu’on vend des saucisses aux herbes !

Cependant, en dessous de 5 g ou 5 ml, l’indication de la quantité n’est pas obligatoire, hormis pour la vente d’épices et plantes aromatiques.

Enfin, les additifs, comme les colorants et conservateurs, doivent être indiqués ainsi que les produits potentiellement allergènes selon une liste établie sur les codes de consommation.

5. La quantité du produit

Comme sur tous les emballages alimentaires, les étiquettes doivent laisser apparaître la quantité par produit. En kilogramme (kg), gramme (g), litre (L), centilitre (cL) ou millilitre (mL) selon le produit que vous souhaitez vendre. Faites attention, cette mention doit être lisible, visible, et imprimée de manière indélébile. C’est à dire qu’elle ne doit pas s’effacer, même en présence de chaleur ou d’eau.

6. La durabilité ou Date Limite de Consommation (DLC) du produit

Pour tous les agriculteurs qui produisent des produits laitiers et éleveurs qui commercialisent de la viande sous-vide, il est impératif de mentionner la Date Limite de Consommation. Vous pouvez aussi préciser la Date Limite d’utilisation Optimale avec la mention « À consommer de préférence avant le… ». Cette information essentielle et ne doit pas être prise à la légère car elle peut impacter la santé des consommateurs.

7. Les conditions d’utilisation et mode d’emploi

Vous devez indiquer le mode d’utilisation ou de consommation de votre produit. En effet, vous devez indiquer le temps de cuisson de votre produit s’il a besoin d’être spécifié, le mode de cuisson ou de digestion.

8. Mode de fabrication et d’obtention de votre denrée

Spécifiez le mode de fabrication de votre produit. Pour du lait, vous devez mentionner UHT pour Ultra Haute Température par exemple. Du fromage pourra être intitulé pasteurisé ou cru.

9. L’identification de l’opérateur

Il s’agit d’un système de traçabilité des aliments (EMB). Cette indication, souvent indiquée dans un ovale sert à identifier la marchandise, notamment en cas de produit non-conforme S’il s’agit d’un conditionnement par un prestataire, indiquez les coordonnées du centre d’emballage, précédées par la mention EMB.

10. Le titre alcoométrique volumique

Le titre alcoométrique volumique acquis correspond au taux alcoolique exprimé en (% vol.) présent dans les alcools, après fermentation. Cette mention est indispensable pour les boissons titrant plus de 1,2 % d’alcool en volume.

Les recommandations à suivre pour l’étiquetage des produits alimentaires

Toutes ces normes ne sont pas évidentes et évoluent régulièrement. Pourtant, elles sont obligatoires pour les éleveurs et les producteurs. Vous pourrez retrouver toute l’actualité des normes d’étiquetage des produits alimentaires sur le site du gouvernement.

Enfin,  l’étiquetage d’un produit ne se fait pas essentiellement par son design et les informations qu’on souhaite ajouter. Beaucoup d’obligations doivent être mentionnées. Veillez à suivre à la lettre ces obligations, puisqu’un contrôle de santé, de sécurité ou sanitaire pourrait rapidement vous mettre à l’amende.

IML Communication réalise vos étiquettes pour vos pots de confiture

Comment imprimer mes étiquettes de produits alimentaires ?

Pour l’étiquetage des produits alimentaires, une bonne imprimante ne suffit pas ! Si vous souhaitez travailler sur vos étiquettes, mieux vaut faire appel à des professionnels de la communication et de l’imprimerie. Chez IML Communication, nos prestations d’étiquettes alimentaires vont de la création à l’impression des étiquettes. Nos services accompagnent chaque jour des producteurs et éleveurs des Monts du Lyonnais.

Pourquoi pas vous ?

Pour en savoir plus, n’hésitez pas à vous rendre sur notre page dédiée aux producteurs et agriculteurs.  Besoin d’une estimation ou de conseils ? Envoyez-nous un message ! Nous nous ferons un plaisir de répondre à vos demandes.

Découvrez nos autres articles :

La communication imprimée pour les collectivités, mairies et administrations

La communication imprimée pour les collectivités, mairies et administrations

Aujourd’hui, la communication par le biais du numérique se développe de plus en plus au sein des mairies. Mais ce n’est pas pour autant qu’il faut bannir la communication imprimée. Dans un village, il faut s’adapter à tous ses habitants. Si certains sont à l’aise sur les supports digitaux, les supports papiers ont encore toujours pleinement leur place.